.

Pour un séjour inférieur à trois mois, le visa n’est pas exigé.

Un passeport en cours de validité lors du séjour et valide 6 mois après votre date d’entrée sur le territoire suffit.

En arrivant sur le territoire chilien, les autorités locales (PDI) remettent une « Tarjeta Unica Migratoria », à conserver pendant tout le séjour et qui sera exigée à la sortie du pays.

Passage de frontière

Pour les voyageurs qui arrivent par voie terrestre, veillez à bien passer par un poste frontalier, où les autorités locales apposeront un tampon d’entrée sur votre passeport et vous délivreront la « Tarjeta Unica Migratoria ». Si vous rentriez au Chili sans accomplir ces formalités, vous seriez en situation illégale et pourriez être contraint de rester plusieurs mois sur le territoire, en attente de régularisation, et risqueriez une amende ou une expulsion.

Il faut donc bien remplir la fiche d’entrée (une par personne, enfant y compris), faire tamponner les passeports (entrée et sortie) et établir le permis de circuler.
Attention, pour entrer au Chili, de nombreux fruits et légumes sont interdits ainsi que les produits frais à base de viande ou de poisson.

Il est recommandé de s’inscrire sur le Site Ariane et de signaler sa présence soit en se rendant directement au Consulat de France

 

Meilleures saisons​

  • Au Nord du Chili : de décembre à mars, pendant l’été austral.
  • Au centre du Chili, et notamment à Santiago : au printemps et à l’automne.
  • Au Sud du Chili et en Patagonie : entre la fin du printemps et le début de l’automne, soit de fin novembre à début mars.
  • Sur l’île de Pâques : de novembre à mai.
Image tirée du site www.chile-excepcion.com
 

Décalage horaire​

Le décalage horaire est variable selon les saisons. Durant le printemps et l’été austral (de fin octobre à fin mars), le décalage horaire est de 4h entre la France et le Chili. Quand il est 20h à Paris, il est 16h à Santiago. Entre août et octobre (hiver austral) : 5h de décalage.
 

Devise​

 – La monnaie est le peso chilien ($Ch)
Mi-2017, 1 € valait environ 700 $Ch et 100 $Ch valaient 0,14 €.

Les banques sont ouvertes en semaine seulement, de 9h à 14h. En revanche, leurs distributeurs automatiques (ou DAB) sont souvent accessibles 24h/24. Le change aux guichets est assez aléatoire. Certaines banques le proposent, d’autres non ; et d’une succursale à l’autre, aucune certitude. Privilégiez plutôt les « grosses » banques… En principe, la Scotiabank et la Santander acceptent les deux devises. Mais, le taux de change est généralement meilleur dans les casas de cambio

Aux abords des casas de cambio, on vous offre parfois de faire du change au noir. Vivement déconseillé, car on n’y gagne rien ou si peu, et manipuler de l’argent dans la rue est très risqué.

 

Electricité​

 Le voltage au Chili est de 220 V et les prises sont compatibles avec les appareils européens, sauf ceux nécessitant des prises avec terre (ce qui est notamment le cas des ordinateurs portables).

Tu trouveras cependant sans difficultés des adaptateurs universels sur place, dans les supermarchés.

Eau / ESSENCE

Dans les stations service, on peut rencontrer des refus notamment dans la partie sud du Chili, 
Faire son essence dans les stations : COPEC

Gaz

Echange partout de la bouteille argentine. Pour recharger les bouteilles françaises, cela est plus compliqué mais un fichier complet des usines de gaz est disponible sur « lelienamsud »

Internet

Disponible gratuitement dans certaines stations service, près des hôtels, office du tourisme, café, restaurant.

Téléphone

– De l’Europe vers le Chili : 00 + 56 + numéro de votre correspondant. 
– Du Chili vers l’Europe : 00 + code du pays + numéro du correspondant (sans le 0 initial).
– Acheter une carte SIM/puce sur place : 3 compagnies se partagent le marché : Entel, Claro et Movistar. Le pays est assez bien couvert, si l’on excepte certaines zones désertiques et les vallées reculées de Patagonie. Attention, les cartes SIM (ou « CHIP » en jargon local) s’achètent uniquement dans les boutiques indépendantes de téléphonie mobile appelées « centro técnico », assez nombreuses, et non dans les boutiques des opérateurs qui, elles, ne vendent que des abonnements.
Pour environ 5 000 à 10 000 $Ch, vous disposez d’un numéro de téléphone local et d’un crédit de communication. 
Ensuite, il suffit de recharger dans les supermarchés, les petits kiosques de rue, certaines pharmacies, etc. Attention, il faut avoir débloqué son portable européen au préalable.
– Se connecter au wifi à l’étranger est le seul moyen d’avoir accès au web gratuitement. Attention, ne vous connectez pas aux réseaux 3G ou 4G, au risque de faire exploser votre facture !
Le plus sage consiste à désactiver la connexion « Données à l’étranger » (dans « Réseau cellulaire »). On peut aussi mettre le portable en mode « Avion » et activer ensuite le wifi. Attention, le mode « Avion » empêche, en revanche, de recevoir appels et messages.

Accident de voiture

Attention aucune assurance voiture n’est obligatoire. Ce qui cause de très gros problèmes en cas d’accrochage ou d’accident car les chiliens ont l’habitude de crier très fort pour vous faire culpabiliser devant tout le monde et essayer de vous faire retomber les tords dessus. Même si ce n’est pas le cas. Et ils appellent la police qui, lorsqu’elle est là, vous supprime immédiatement, que vous ayez raison ou tord, votre permis de conduire.

Une amie d’un voyageur de Bariloche, responsable des assurance à l’Automobile Club d’Argentine a conseillé dans ce cas, ne pas se démonter. Faire un tas de photos de l’accident, des papiers (permis de conduire, carte d’identité …) pour faire voir que vous n’êtes pas tombé de la première pluie et que les cris du conducteur ne vous impressionnent pas.

 

Numéros à contacter en cas d’urgence

Numéros à connaître : Urgences 911, Renseignements 110 (gratuit), Urgence médicale 107, Pompiers 100, Police 101

France Diplomatie

Délinquance

Faire preuve d’une vigilance renforcée et de discrétion dans les principaux sites touristiques, en particulier dans certains quartiers de Santiago (quartiers de Suecia, Bellavista, Providencia), San Pedro de Atacama et Pucon, de jour comme de nuit Valparaiso (notamment la ville basse, port et points de vue, les quartiers du Cerro Concepcion et du Cerro Alegre) et, dans une moindre mesure, la ville voisine de Viña del Mar, sont spécialement sensibles en la matière : les vols y sont fréquents et parfois violents. Les vols (y compris à main armée) sont en recrudescence dans les montagnes dans la région de Santiago (notamment Cerro Carbón et Cerro Manquehue).

Garder sur soi le numéro d’urgence du consulat, réservé aux situations critiques (téléphone portable : +569 44 54 39 11), celui de la personne à prévenir en cas d’urgence, et sa carte d’assurance « assistance ».

 Aucune vaccination n’est obligatoire mais certaines vaccinations sont recommandées : assurez-vous d’être à jour dans vos vaccinations habituelles mais aussi liées à toutes les zones géographiques visitées 
  • vaccins universels (DTCP, hépatite B) ;
  • typhoïde et hépatite A : nécessaires pour les séjours prolongés ; 

Moustique

    Grippe H1N1

Les autorités sanitaires locales recommandent fortement une vaccination préventive

Dengue : île de Pâques
Cette maladie virale est transmise par les piqûres de moustiques et se manifeste le plus souvent par un syndrome grippal (fièvre, douleurs musculaires, parfois éruption cutanée). Il convient donc de respecter les mesures individuelles de protection, y compris pendant la journée : vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques. La dengue pouvant prendre une forme potentiellement grave, il est vivement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre. La prise d’aspirine est déconseillée.

Le moustique responsable de la dengue est le même que celui qui transmet le virus Zika. Ce moustique n’est à l’heure actuelle présent que sur l’Île de Pâques et non sur la partie continentale du territoire chilien.

Hantavirus 

Le virus des Andes, responsable de l’Hanta particulièrement présent au Chili et en Argentine, est à l’origine d’une fièvre hémorragique avec syndrome rénal aux conséquences parfois mortelles. Le virus Hanta existe à l’état endémique, dans différentes provinces situées notamment au sud de Santiago (dont régions administratives du Bio Bio, de La Auracania, de Los Rios, de Los Lagos, Region Aysen).

Sa transmission se fait par voie respiratoire (inhalation de particules virales contenues dans les urines, la salive et les selles du rongeur) ou plus rarement par morsure. Il convient de souligner que les régions infestées sont propices au tourisme de nature (randonnées, camping), dont la pratique expose ses amateurs au virus.

 Ce qu’on a adoré

 

FRANCK

SOPHIE

ELEA

THIBAULT 

 

Ce qu’on a moins aimé

 

FRANCK

SOPHIE

ELEA

THIBAULT

 BILAN EN VIDÉO

Laisser un commentaire

Fermer le menu
efficitur. risus. id justo eleifend et, ultricies adipiscing fringilla Curabitur