Fantastique citadelle, “perdue” jusqu’à sa redécouverte au début du XXe siècle, le Machu Picchu est le site archéologique inca par excellence. Fort de ses cultures en terrasse vert émeraude s’étageant devant de vertigineux sommets, avec pour horizon des crêtes andines, il offre un spectacle d’une beauté époustouflante. Cette merveille d’ingénierie a résisté à six siècles de séismes, d’invasions étrangères et de violentes intempéries. 

Le Machu Picchu est une ancienne cité inca du XVé siècle, perchée sur un promontoire rocheux à 2 438 mètres d’altitude au début de la forêt amazonienne. Les ruines sont à cheval sur la crête entre deux sommets : le Huayna Picchu, signifiant « jeune montagne » et le Machu Picchu, signifiant « vieille montagne ».

Nul ne sait comment s’appelait cette ville du temps des Incas. Elle a commencé à être construite en 1450 et a compté 1000 personnes au maximum. Elle a été abandonnée au milieu du XVIème siècle et n’a été redécouverte qu’en 1911 par un explorateur américain. A l’époque 3 familles y vivaient, sans connaître l’importance de ce site.

 

Comment y aller ?

Quoiqu’il se passe, tu devras passer par le village d’Aguas Calientes. Tu accèdes à celui-ci en train ou en marchant. Voici 3 façons d’y arriver :

En train : les trains partent de Cusco (3h l’aller) ou d’Ollantaytambo (1h30 l’aller). 2 compagnies ont le monopole, Peru Rail et Inca Rail.

En marchant : c’est le moyen le moins cher de se rendre au Machu Picchu. Il faut d’abord prendre un bus collectivo jusqu’à Hydroelectrica, puis marcher 2h-2h30 en suivant les rails de chemin de fer jusqu’au village d’Aguas Calientes. Certains camping-car ont fait le choix d’aller jusqu’à Hydroelectrica pour éviter de payer le prix du train. Nous n’avons pas choisi cette option car la route est mauvaise, vertigineuse et il est arrivé (rarement) que des familles se fassent caillasser le camping car au passage.

Faire un trek : il y a plusieurs treks possibles. Le plus populaire et le seul à arriver directement au Machu Picchu est le Chemin Inca (Inca Trail). Il est limité par des quotas stricts, il faut donc réserver plusieurs mois à l’avance ! Il existe aussi d’autres treks comme le SalkantayLaresHuchuy Qosqo ou le Jungle Trek.

Une fois sur place, il est également possible de monter sur le Huayna Picchu ou la montagne Machu Picchu pour obtenir un point de vue exceptionnel sur le site et les environs. Assure-toi de choisir le bon billet au moment de l’achat.

Quand y aller ?

Le Machu Picchu est ouvert toute l’année, contrairement à certaines croyances qui circulent. Ce qui est fermé, c’est uniquement le trek du Chemin Inca durant le mois de février, par mesure de sécurité, à cause des pluies abondantes. Les autres treks restent ouverts.

La basse saison est la saison des pluies : elle s’étend de décembre à avril. Les pluies les plus abondantes sont de janvier à février (c’est le moment à éviter autant que possible). En réalité, le climat est très changeant dans la région et il est difficile de prévoir la température longtemps d’avance. Le grand avantage, c’est que c’est la saison la moins fréquentée par les touristes, mais le climat n’est pas forcément l’idéal, que ce soit pour marcher sur le site, effectuer une montée qui peut être glissante (ex : du Wayna Picchu) ou prendre des photos car il y a souvent du brouillard. Un conseil : n’oubliez pas l’imperméable!

La haute saison et la saison sèche : de mai à septembre, le Machu Picchu est plus fréquenté, et surtout entre juin et août où il y a foule. Dimanche est la journée la plus occupée puisque les locaux visitent également le site.

Donc : quel est le meilleur moment pour visiter le Machu Picchu? Le mieux est de se rendre entre les deux saisons : d’avril à juin et de septembre à novembre.

Où acheter les billets ?

Il y a deux façons d’acheter le billet : 

en ligne, sur http://machupicchu.gob.pe/

ou sur place à Cusco ou Aguas Calientes. Seule façon de profiter des prix réduits (étudiants avec la carte ISIC, ou enfants)

  • À Cusco (avec carte de crédit ou argent comptant): Palacio Inka de Kusicancha, Calle Maruri 340, 7h-19h30 lun-sam; Casa Garcilaso (devant la Plaza Regocijo), lun-sam 7h-19h30
  • À Cusco (avec carte de crédit) : chez Inca Rail et Peru Rail (uniquement pour ceux qui ont acheté le billet de train avec eux) ou au bureau de l’Association des agences de tourisme AATC, Calle Nueva Baja, 424, lun-ven 9h-13h, 16h-19h, sam 9h-13h.
  • À Aguas Calientes (argent comptant seulement): au Centro cultural Avenida Pachacutec, cuadra 1, lun-dim 5h20-20h45

Faut-il réserver ?

Il existe 3 types de billets pour le Machu Picchu:

  • Uniquement pour le Machu Picchu: les places pour le Machu Picchu sont limitées à 5000/jour (2500 par groupe) et sincèrement, même en haute saison, il est plutôt exceptionnel que les quotas se remplissent complètement. Donc il est possible de les acheter à la dernière minute sans problème.
  • Machu Picchu + Huayna Picchu: c’est une toute autre histoire. En plus d’avoir des quotas beaucoup plus limités (200 places par groupe, 2 groupes par jour), c’est une montagne très populaire et les places s’envolent vite, que ce soit en haute ou en basse saison. Mieux vaut réserver plusieurs mois d’avance, sinon tu risques de te retrouver sans billet.
  • Machu Picchu + montagne Machu Picchu: c’est déjà moins compliqué qu’avec le Huayna Picchu, car il y a le double de places disponibles (400 places par groupe, 2 groupes par jour)

Horaire et Groupe de visite

  • Le Machu Picchu est ouvert tous les jours de 6 h à 17h
  • La dernière entrée s’effectue à 16h
  • La période de plus grande affluence est de 10h à 14h

Depuis la nouvelle réglementation, l’accès est organisé en 2 groupes différents. Il est possible de visiter le Machu Picchu soit de 6h à midi ou de midi à 17h30, selon le groupe horaire que tu as choisi au moment de la réservation.

Un groupe ne signifie pas qu’on entre avec un même grand groupe organisé, c’est une tranche d’heure que tu as choisis au moment de la réservation pour accéder au site. Par exemple, si tu fais partie du Groupe 1 du Huayna Picchu (7h-8h) tu pourras monter entre 7h et 8h. Après 8h, il est impossible de monter, l’accès te sera en théorie refusé, donc n’arrive pas en retard !

Pour visiter le Wayna Picchu ou la Montagne Machu Picchu, il faut donc obligatoirement choisir le groupe 1 du Machu Picchu. 

Comment ça s'est passé pour nous

On est parti directement à Ollantaytambo depuis notre randonnée du Rainbow Montain car nous voulions faire le MP dès le lendemain suite à une excellente prévision météo.
Quand on arrive après une route de nuit défoncée, il est 20h30, on a fait la rando le matin, on est cuit. Et on apprend que l’astuce donné par Seb n’est pas bonne : il nous a conseillé de prendre les billets de train la veille pour bénéficier de promotion. Mais il y était en février or cela fonctionne comme en France, tu as des places à bas tarif (généralement l’horaire de 6h40 et de 20h40 pour 40€ A/R) mais elles ont déjà été toutes prises, du coup on va payer le double (80€/personne). Dire que Sophie voulait réserver les billets à la Paz…
C’est un peu moins cher si on part finalement vendredi, tant pis on décale d’un jour en espérant que le temps sera encore clément. L’avantage c’est que voyant notre tête dépitée, l’agence Inca Rail nous propose de se garer et de dormir gratuitement sur leur parking plusieurs nuits. Et ça s’est chouette.

 

On prend le train de 6h40. Ouhaaa trop beau. Lorsque l’on voit les 1ère classes, on se croirait dans l’orient express. Mais nous ne sommes pas en reste dans notre wagon. Nous avons le droit à notre petite collation et nous sommes hystériques. On va voir une des 7 merveilles du monde !!!!!!

Une fois arrivés à Aguas Clientes 1h30 plus tard, nous nous répartissons en 2 équipes : les garçons vont acheter les tickets d’entrée et les filles avec enfants les billets de bus. Nous allons tous ensuite dans une boulangerie française acheter sandwich, croissant, gâteau, tarte. Les meilleurs depuis notre départ de France.

On prend ensuite le bus pendant 30mn et nous y voici : on aura une fois de plus une chance incroyable sur le temps.

Nous allons rester sur le site de 9h à 15h30 (en résumé l’histoire des 4h maximum sur site ne s’applique pas vraiment, tu peux rester bien plus). Pour l’anecdote, une fois arrivés à la porte du gardien, lieu de toutes les photos, Eléa constate qu’elle n’a plus son téléphone. Et voilà Franck qui doit ressortir du site afin de le chercher. Eléa aura de la chance puisque effectivement elle l’avait oublié dans les WC et une âme charitable et surtout honnête l’a ramené à l’accueil. Pendant ces 20mn d’absence le grand ciel bleu derrière la montagne sera malheureusement remplacé par des nuages. Ces nuages ne vont pas quitter le Huayna Picchu mais s’y cantonneront, nous aurons un grand ciel bleu sur le reste du site avec la chaleur qui va avec.

Notre guide nous explique que la ville avait une grande importance pour les Incas : centre administratif, politique et religieux. Une maison y a été construite pour l’Inca (le roi). On y trouve également des terrasses d’agriculture, une place centrale, des temples, un secteur résidentiel, des fontaines, et un « poteau d’amarrage du soleil » qui permettait de déterminer notamment les solstices.

En haut d’une des montagnes se trouve la « porte du soleil », par laquelle le soleil se levait le 21 décembre, jour de l’été.

On y monte pendant 30mn où on ne croise personne. Pour information seuls les fruits sont autorisés sur le site, mais on a pu faire ce qu’on voulait aux portes du soleil (en faisant bien attention de ne rien laisser derrière nous) : imagine pic-niquer d’excellente viennoiseries françaises avec vue sur le Machu Picchu, seuls, le rêve !!!! La vue est toujours aussi majestueuse. On ne peut pas expliquer ce que l’on ressent ici. C’est juste magique. Forcément Sophie a sa larme à l’œil devant ce site, devant cette chance inouïe que nous avons d’être ici.

On redescend ensuite vers 13h pour visiter le MP et là on ne comprend pas ce qu’il se passe, où sont passés tous les touristes ?! Il n’y a pratiquement plus personne. On va donc gambader et faire nos photos solos en prenant notre temps. Incroyable !!!

 

On apprend que pour rendre le site habitable, les Incas ont dû le niveler, acheminer l’eau depuis les montagnes, construire des murs pour le soutenir, créer les terrasses de culture, … Quel travail titanesque… Mais n’oublions pas que 300 ans plus tôt nous construisions Notre Dame de Paris, Cocorico 🙂

Les murs des Incas se distinguent par l’absence de joints et par la précision des découpes, ce qui donne un résultat assez bluffant. Les fenêtres et portes trapézoïdales en prévention des séismes sont une des autres caractéristiques incas.

On est stupéfait par l’explication sur lInti Huaytana, « poteau d’amarrage du soleil » taillée dans le roc. C’est un calendrier extraordinairement précis qui guidait toutes les activités culturelles et agraires. Les rayons du soleil levant le frappent aux endroits qui correspondent aux solstices et aux équinoxes ; l’inclinaison de la terre sur le plan de l’écliptique est gravée sur cet autel. Il évoque tout le mystère des relations que les prêtres incas entretenaient avec le Ciel …

Toute la journée aura été extraordinaire : temps magnifique et très peu de touristes. Le seul tout mini bémol aura été notre guide, pourtant conseillé par un copain, qui n’était pas top (on est obligé de toujours lui poser des questions pour obtenir des informations) mais il est adorable et cela n’enlève rien au charme du site.

Laisser un commentaire