Les ruines de Santa Ana, de Loreto et enfin les plus connues, les ruines de San Ignacio Mini se trouvent toutes dans le même secteur à une dizaine de kilomètres de la ville de San Ignacio.

C’est quoi au juste les ruines jésuites ?

Les missions jésuites étaient des sortes de villages créés par les jésuites espagnols et qui abritaient des Indiens guaranís. Ce système permettait aux jésuites de poursuivre leur objectif d’évangélisation et aux Guaranís d’échapper aux menaces esclavagistes des marchands d’esclaves portugais venus du Brésil. Les missions fonctionnaient selon une organisation communautaire et autonome unique, une propriété collective où tout était partagé, échangé et autogéré, et dans laquelle les Guaranís étaient libres et où les jésuites dispensaient leur savoir (scientifique et artistique notamment). L’espagnol ne fut pas imposé aux autochtones et les prêtres s’employèrent à modifier les aspects de la culture locale contraires à la morale catholique (cannibalisme et polygamie).

C’est à la fin du XVIIIe siècle que le temps des missions prit fin : mal vues par le roi d’Espagne Carlos III, il ordonne aux Indiens d’abandonner celles-ci. La révolte indienne contre les colons espagnols qui s’en est suivie s’est terminée par un bain de sang, et les Jésuites ont fini par être expulsés en 1767. En effet, la famille royale des Bourbons était « antijésuites » et ne voyait pas d’un bon oeil le pouvoir qu’ils détenaient dans ces colonies espagnoles

Les ruines de SANTA ANA et LORETO

 LORETO

Loreto fut l’une des plus grandes missions jésuites de la région avec 750 hectares et 6 500 habitants. C’est notamment dans cette mission que le premier livre fut imprimé en 1705. Aujourd’hui envahie par la forêt tropicale, nous ne l’avons pas visité.

SANTA ANA

La mission jésuite de Nuestra Señora de Santa Ana, fondée en 1660, fut également une mission importante car elle accueillit jusqu’à 7 000 Guaranís. Les vestiges restant se mélangent aujourd’hui avec la végétation. Un haut lieu peu fréquenté par les touristes qu’on a beaucoup aimé, notamment pour son calme. Les seuls visiteurs qui étaient avec nous : des vaches qui se baladaient dans le cimetière de Santa Ana.

On peut dormir sur le parking : calme assuré.

L’entrée et le guide sont gratuit si on a déjà le billet de San Ignacio

SAN IGNACIO MINI : un site inscrit à l'Unesco

Les ruines jésuites de San Ignacio Mini offrent les restes les mieux conservés et ont été déclarées par l’Unesco « Patrimoine Historique Culturel de l’Humanité ».

San Ignacio Miní fait partie des missions qui ont été construites à l’époque à laquelle les temples en bois et les maisons aux murs de pierre sont remplacés par de très belles églises et habitations en pierre recouvertes de tuiles. Sa population a atteint 4 500 habitants à son apogée, sur près de 20 hectares sans compter le nombre de tête de bétail qui a atteint presque 60 000 bêtes.

La visite des ruines démarre par un musée dans lequel on peut apprécier une maquette de la mission, telle qu’elle était à l’époque. A la sortie du musée, on débouche de plein pied dans l’enceinte du site. Celui-ci était organisé autour d’une place centrale, où se trouvaient le bâtiment administratif et la cathédrale aux dimensions imposantes. Tout autour de la place centrale se dressaient la maison des prêtres, l’école, le réfectoire, les ateliers et les entrepôts ainsi que le cimetière, les potagers et les demeures des Indiens. Dans un cadre superbe, avec la forêt tropicale en toile de fond, on découvre l’héritage guaraní à partir des dessins d’oiseaux et de fleurs de la région, gravés sur la pierre ocre du temple. Le portail à colonnades, sculpté par des artisans guaranís, est un véritable chef-d’œuvre.

On a adoré !!!!!!

ASTUCE :

Il faut compter 180 pesos pour l’entrée d’une personne (tarif visiteur étranger). Ce tarif comprend l’accès aux sites UNESCO des ruines jésuites du coin, dont Santa Ana et Loreto, le billet est valable 15 jours. Il suffit de garder le billet d’entrée précieusement. Il existe un spectacle son et lumières à 19h (45mn). Pas de plan offert à l’entrée, donc faits une photo avec ton smartphone du grand panneau (plan) à l’entrée du site pour pouvoir te retrouver. 

Laisser un commentaire

Fermer le menu
elit. massa Praesent pulvinar justo vel, nec