Cette réserve naturelle a été créée en 1979 et possède une superficie de 590 112 hectares qui englobe une grande diversité de faune et flore. Composée de forêts tropicales, rivières et forêts immergées ou les dauphins, caïmans, piranhas, anacondas, et singes ont élu domicile la réserve. Cette zone protégée a été nommé après la rivière Cuyabeno qui l’a traverse formant un complexe de 14 lagunes et la plus grande zone humide de toute l’Amazonie équatorienne. On peut aussi compter 5 groupes indigènes amazoniens : Les Sionas, Secoyas, Cofáns, Kichwas et les Shuars.

On enregistre ici une moyenne de précipitations annuelle d’environ 3000 mm; avec plus de 250 mm de pluie mensuelle pendant la saison des pluies (de mi-Mars à Août). 

L’immense avantage de Cuyabeno, outre sa grande diversité d’animaux, est son absence de moustiques grâce à l’acidité de l’eau des lagunes.

1er Jour

Nous avons rendez-vous à Lago Agrio à 9h avec notre guide de Tout Equateur, pour partir 4 jours et 3 nuits dans la forêt amazonienne.

Après 2 heures de bus, nous embarquons dans une pirogue à moteur sur le rio Cuyabeno, qui nous mènera au cœur de la réserve de Cuyabeno jusqu’à notre éco-lodge Guacamayo. Cette balade de 2h en pirogue est l’occasion de commencer à voir des animaux. Nous n’en revenons pas d’être là en Amazonie. Nous sommes les plus heureux.

Notre guide est fantastique, il voit tout et appelle les animaux en les imitant. Il a d’ailleurs énervé un singe capucin qui devenait très agressif 🙂

Après un bon déjeuner (il a fallu que le cuisinier fasse en express un menu sans gluten, le message de l’intolérance de Thibault entre ToutEquateur et le lodge n’étant pas passé), nous nous installons dans ce lodge que l’on trouve très luxueux vu le lieux.

Thibault va nous faire un remake de Tarzan via une corde qui se trouve au bord de la rivière. Au départ peu tranquille qu’il se baigne dans le rio, les guides nous disent que cela ne présente pas de risques si il ne se baigne pas au milieu. A savoir que 3 jours auparavant un anaconda faisait tranquillement sa mue à cet endroit…

A 17h, nous partons en pirogue à la « Laguna Grande » pour observer les dauphins roses. Ils sont trop rapides pour arriver à les prendre en photo mais sont étonnants car ne ressemblant aucunement à nos dauphins gris. 

Nous faisons une halte pour faire chanter des petites guêpes dans leur nid en criant MARCHE !!! Elles frottent leurs ailes contre la paroi afin de faire un son ressemblant à une marche militaire. 

Nous verrons aussi plusieurs fois un poisson  ressemblant à une murène de plus de 2 mètres de long qui semblait très visqueux, brrrr. C’est le pirarucu ou arapaima, le plus grand poisson deau douce de la planète.

Cela ne nous a pas empêché de nous baigner sous un coucher de soleil magnifique. Et je t’assure que se baigner dans le « Rio », en Amazonie, non loin des caïmans et des piranhas est une expérience incroyable.

La nuit tombée, nous partirons en pirogue à la découverte des serpents, caïmans et paresseux. Notre guide arrive à faire venir un caïman contre notre pirogue en l’appelant et en faisant croire qu’une proie est blessée (il faisait un cri et tapait dans l’eau avec une grosse feuille).

On croisera un énorme caïman noir (il s’enfoncera dans l’eau à notre approche et n’aurons pas le temps de le prendre en photo) : c’est l’un des prédateurs les plus redoutés de la forêt amazonienne, mais aussi le plus grand de son espèce. Le caïman noir mesure entre 6 et 7 m de long et excelle dans plusieurs domaines tels que la nage et la chasse. On ne faisait pas les malins dans notre pirogue et on ne s’est pas attardé lorsqu’il s’est enfoncé sous l’eau.

Nous vivrons ensuite un moment tout simplement magique lorsque nous voguerons sur le rio toute lumière éteinte avec une nuit étoilée comme nous n’en avions jamais vu, tout ça au milieu des cris des multiples animaux.

2ème jour

Nous nous levons à 6h pour aller explorer les oiseaux sur le mirador du lodge. C’est une tour d’observation qui permet d’observer librement les oiseaux au sommet de la canopée.

 

Après le petit-déjeuner, équipés de nos bottes, nous partons pour 3h30 de balade à pied dans la jungle dans un coin de forêt en partie inondé.

Comment te dire… on a eu la poisse… oui on peut dire ça. Nous avons changé de guide et nous sommes retrouvés avec le pire guide qui puisse exister (pour sa défense à la base c’est un guide de montagne), sous une pluie diluvienne à marcher dans des torrents de boue jusqu’au cuisse. Autant te dire que notre guide ne voyant pas un singe à 2 mètres (véridique), on n’a pas vu grand chose. 
Et son trip c’est clairement la boue et encore la boue. Là où il y avait un chemin juste à côté, il choisissait de nous faire marcher dans l’eau croupie jusqu’à mi-mollet. Sachant q’une copine s’était attrapée des sangsues la veille, pas convaincue par son discours prônant que c’était moins risqué de passer par là.

Et quand on arrive enfin à la pirogue, on se rend compte qu’il n’y a plus de moteur. Le chauffeur est parti chercher un autre groupe, la blague !!!!! On se retrouve donc à ramer pendant 2 heures sous une pluie pas possible. Toutes les autres pirogues nous dépassent en nous regardant mi-ahuries mi-amusées pendant qu’on garde le moral en chantant la cadence. On fera même semblant de faire la course avec une pirogue d’un lodge concurrent (mais oui 10 français avec des rames valent bien un moteur). Sophie va finir par leur demander de nous tracter, ce qu’ils ont bien voulu faire ayant pitié de nous. Mais c’est que nous avons fini par prendre l’eau par l’arrière vu que l’avant se soulevait. Sophie tente de se mettre à l’avant pour faire contrepoids pendant que les autres écopent. On n’en pouvait plus de rire.

Malgré nos capes de pluie, nous rentrons complètement trempés, avec de l’eau boueuse dans les bottes et entre les doigts de pieds.

L’après midi, nous partons pour 2h de pirogue à la recherche d’animaux... que nous ne verrons toujours pas. Ah si, un caïman vu par Sophie et des singes vus par un autre voyageur et Franck. Les paysages restent magiques et nous resterons subjugués un bon moment devant le cri des singes hurleurs au loin.

Honnêtement, même si on n’a « rien » vu, on a ri toute la journée à en avoir mal aux abdo et sommes les plus heureux d’être ici même si ça ne se passe pas comme prévu.

3ème jour

La troisième journée est normalement dédiée à visiter les communautés locales.

Seulement vu qu’on n’a rien vu hier dans la forêt (et n’étant pas fan des tours bien touristiques), bah on annule la visite de la communauté indigène Siona pour refaire un tour dans la jungle.

Mais quand ça veut pas ça veut pas. Ou plutôt quand tu as un guide nul bah tu as un guide nul. 

Pour te donner un exemple : Franck voit une sauterelle qui se camoufle au milieu des feuilles. Eléa demande à Mauricio, notre guide comment on appelle ça en espagnol. Il nous répond « hoja » (feuille en espagnol) car il n’a pas vu la sauterelle qu’on lui montrait, mouhahaha.

En rentrant nous ferons un atelier chocolat que nous dégusterons au diner, miam miam.

Nous partirons ensuite faire une balade nocturne d’1h en forêt, pour découvrir les animaux de nuit.

4ème jour

En fait le 4ème jour, tu rentres simplement au Lago Agrio. Nous aurons la chance de voir à nouveau un paresseux repéré par Franck.

Nous revenons enchanté et émerveillé du lieu magique où nous étions et en même temps dégouté d’avoir eu ce guide. Nous n’avons pas vu le quart de ce qu’on vu tous nos autres copains partis en Amazonie. On se fera rembourser 200€ sur les 1000€ versés.

En résumé je te conseille de contacter directement le lodge : ainsi tu partiras le jour qui te conviendra et tu pourras demander le guide que tu souhaites. 

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Don`t copy text!
libero felis in lectus adipiscing diam consectetur leo