La loi sur l’immigration péruvienne autorise un séjour touristique d’une durée maximum de 183 jours sur une période de 365 jours.

Les ressortissants de l’Union européenne sont exemptés de VISA. La présentation d’un passeport en cours de validité suffit.

A la frontière péruvienne, les autorités migratoires péruviennes apposent un cachet d’entrée sur le passeport indiquant le nombre de jours accordés pour le séjour touristique. Il peut ne pas correspondre à la durée du séjour préalablement prévu par le voyageur.

Il est recommandé de s’inscrire sur le Site Ariane (https://pastel.diplomatie.gouv.fr/fildariane/dyn/public/login.html) et de signaler sa présence soit en se rendant directement au Consulat de France à Lima, soit par mail france.consulat@ambafrance-pe.org.

Entrée par voie terrestre ou maritime

A l’entrée au Pérou, les voyageurs remplissent la fiche d’information de la Tarjeta Andina de Migracion. Désormais, ce document ne leur est plus rendu tamponné ; il est conservé et numérisé par les services de l’immigration. Au moment de quitter le territoire péruvien, il suffit au voyageur de présenter son passeport visé à l’arrivée.

Il est important de s’ assurer qu’un cachet d’entrée est bien apposé sur votre passeport. Dans le cas contraire, le voyageur sera considéré en situation irrégulière. Les formalités d’expulsion s’avèrent longues et compliquées et sont accompagnées d’une amende au montant variable.

Perte ou vol de passeport

En cas de perte ou de vol de votre passeport, l’ambassade est en mesure de délivrer un document de voyage (laissez-passer ou passeport d’urgence). Il sera nécessaire de solliciter le transfert du cachet d’entrée au Pérou sur ce nouveau document auprès de la Supertintendencia Nacional de Migraciones sur présentation de la déclaration de perte ou de vol émise par les autorités locales. 

 

Infrastructure routière​

 

Les grands axes sont corrects. Les routes de montagne sont difficiles, souvent dangereuses car mal entretenues et escarpées.

Rapport quotidien indiquant les urgences par département (accidents, éboulements, ponts détruits, etc.) : http://www.proviasnac.gob.pe/frmEmergenciasViales.aspx?idmenu=591.

 

Meilleures saisons​

 
  • sur la côte et à Lima : de décembre à mars ;
  • dans les sites archéologiques et l’Altiplano : de mai à mi-septembre (hiver austral) ;
  • dans la forêt amazonienne : juillet-août ;
  • pour trekker dans les Andes : de mai-juin à octobre (saison sèche, hiver austral).
Récapitulatif trouvé sur le site www.peru-excepcion.com

Décalage horaire​

 

– 7h en été, – 6h en hiver.

 

Devise​

 

La monnaie officielle du Pérou est le NUEVO SOL. 
L’US dollar est accepté dans la plupart des locaux commerciaux, restaurants et stations-service au taux de change du jour.
Il est également possible de changer des Euros dans les nombreuses maisons de change présentes dans le pays. Avant d’effectuer un échange, pensez à vérifier le taux de change du jour. Nous vous recommandons également de privilégier les hôtels, les banques et les bureaux de change autorisés légalement. 
La grande majorité des établissements accepte les cartes de crédit les plus courantes : Visa, Master Card, Dîners et American Express. L’utilisation de travellers check est cependant limitée.

 Essence

Faire son essence dans station : PETROPERU

Electricité​

 

Le réseau électrique du Pérou est identique à celui de la France avec un courant de 220V et disposant du même type de prise, aucun adaptateur n’est donc nécessaire.

https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/perou/

Lima, le centre historique est à éviter lorsque la nuit tombe. La journée, vous pouvez vous y promener, tout en surveillant vos affaires. Il en est de même pour les plages. Il est déconseillé de dormir sur place, sur le sable. Les délinquants ont tendance à en profiter pour voler les voyageurs imprudents.

Arequipa, le phénomène des faux taxis sévit de plus en plus. Cela donne lieu à des enlèvements express de voyageurs, dans le but de ravir tous leurs biens. Pour ne pas qu’une mésaventure pareille vous arrive, renseignez-vous sur les compagnies de taxis auprès des agences de voyage ou de votre hôtel. Ne les choisissez pas directement dans la rue.

Dans la ville de Cusco, les autorités locales recommandent aux voyageurs d’être vigilants lorsqu’ils font des promenades à cheval, aux alentours de la ville. Ces services sont souvent proposés par de faux guides touristiques. Ils emmènent alors leurs « clients » dans une zone isolée et en profitent pour les voler.

Il est déconseillé de se lancer dans la randonnée de Choquequirao, dans la région de Cusco. Celle-ci possède une mauvaise réputation, à cause de nombreuses agressions à main armée. Pour votre sécurité, il vaut mieux éviter cette zone.

Certaines régions du Pérou sont considérées comme dangereuses et ne doivent être visitées sous aucun prétexte. C’est le cas de la région de Huánuco, de la Vallée des Rivières Apurímac, Ene y Mantaro et de la zone amazonienne. Ce sont des environnements contrôlés par des groupes armés, où les narcotrafiquants gèrent leurs affaires.

Régulièrement, les Péruviens descendent dans la rue et bloquent les sites touristiques. Ces mouvements sociaux deviennent parfois dangereux. Alors, vérifiez toujours que votre itinéraire du jour n’est pas perturbé par l’une de ces manifestations, en consultant le site www.rpp.com.pe.

 

Aucune vaccination n’est obligatoire mais certaines vaccinations sont recommandées : assurez-vous d’être à jour dans vos vaccinations habituelles mais aussi liées à toutes les zones géographiques visitées 

  • vaccins universels (DTCP, hépatite B) ;
  • fièvre jaune : vivement recommandé si vous allez en Amazonie ;
  • typhoïde et hépatite A : nécessaires pour les séjours prolongés ;
  • rage : recommandé pour les séjours longs, en particulier pour les expatriés, et/ou ruraux.
 

 

Moustique

 

Paludisme
Le risque de transmission du paludisme est faible toute l’année dans les zones rurales situées au-dessous de 2 000 m. Les districts les plus exposés sont concentrés dans les régions d’Ayacucho, Junín, Loreto, Madre de Dios, Piura, San Martín et Tumbes. Le paludisme n’est pas transmis dans les régions à plus de 2 000 m (y compris le Machu Picchu, le lac Titicaca et les villes d’Arequipa, Cuzco et Puno) ainsi que dans les villes de Lima et au sud de Lima (Moquegua, Ica, Nazca et Tacna).

Fièvre jaune
La fièvre jaune, transmise par un moustique, est endémique sur la moitié est du pays et présente sur l’extrémité nord-ouest du pays. La prévention repose essentiellement sur la prévention des piqûres d’insectes (cf. ci-après) et sur la vaccination, qui est recommandée.

Dengue 
Les pluies et les chaleurs de l’été austral (décembre à avril) favorisent la multiplication des moustiques transmetteurs de ce virus. De ce fait, une épidémie de cette maladie se déclare chaque année à cette période, notamment dans le nord et l’ouest du pays. Il convient de se protéger en cas de déplacement dans ces régions.

Maladie à virus Zika
Plusieurs cas d’infections par le virus du Zika ont été détectés au Pérou. Cette maladie est transmise par les piqûres de moustiques de type Aedes. 

 

Ce qu’on a adoré

 

FRANCK

SOPHIE

ELEA

THIBAULT 

 

Ce qu’on a moins aimé

 

FRANCK

SOPHIE

ELEA

THIBAULT

 BILAN EN VIDÉO

Laisser un commentaire

Fermer le menu
odio tempus justo accumsan Donec libero dictum ut venenatis,