Avenida Tancredo Neves 6702 | Visitors’ Reception CenterFoz do Iguacu, État de Paraná 85856-970, Brésil

+55 45 3576-7000 https://turismoitaipu.com.br/

La centrale hydroélectrique d’Itaipu est située sur le fleuve Paraná, entre le Brésil et le Paraguay, et a été construite par les deux pays entre 1975 et 1982. Elle est la deuxième centrale au monde en termes de puissance installée et première en termes de quantité cumulée d’énergie produite. Son nom signifie : « la pierre qui chante » en guarani. Il a été élu comme l’une des sept merveilles du monde moderne par l’American Society of Civil Engineers en 1994.

Caractéristiques du barrage

Il mesure 7 235 m.
Son débit maximum est de 62 200 mètres cube par seconde.
Il fait économiser au Brésil 434 000 barils (69 000 m3) de pétrole par jour.
Le réservoir du barrage est le septième plus grand en taille du Brésil.
Chaque unité génératrice produit 700 MW (et jusqu’à 750 MW en raison de la hauteur d’eau entre le réservoir et le lit de la rivière en aval plus importante qu’à la conception du barrage).
Il produit plus de 90 terawatt-heures (TWh) par an.
99% de la production de la centrale est consommée au Brésil.

Capacité de production

En 2008, la centrale a produit une quantité record de 94,68 TWh, subvenant alors à 90 % de la demande d’électricité paraguayenne et à 19 % de la consommation brésilienne.

Les conséquences de la construction du barrage

Il a d’abord eu un impact social puisque la construction du barrage a contraint 10 000 familles à être délogées dont 90% vivaient de l’agriculture.

Quelques familles se sont jointes au mouvement social le plus important au Brésil : le MST ou Mouvement de travailleurs ruraux Sans Terre. Les indemnités leur ont permis de racheter de nouvelles terres. Des milliers de familles ont émigré vers le Paraguay attirés par des prix moins élevés et ont ainsi créé le phénomène des Brasiguaios : brésiliens et leurs familles résidant au Paraguay à la frontière brésilienne.

Et bien entendu un impact environnemental ; la zone inondée a entraîné la destruction d’une partie de la faune et de la flore, de presque 1 500 km2 de forêt et terres agricole, la disparition de la Cascade des Sept Chutes, une des formations naturelles de la planète des plus fascinantes. Une opération de sauvegarde de l’environnement a néanmoins permis d’amener dans une région à l’abri de l’eau plu de 4 500 animaux (singes, porc-épic, lézard, araignées, tortues…)

ASTUCE

Faire le tour panoramique (~1h30) et la visite du refuge biologique (~2h), ce qui nous a pris presque une journée entière. Les billet doivent s’acheter en avance (au moins la veille) par internet ou une agence touristique (par exemple à l’hôtel), car les places sont limitées pour certaines activités. 

Tu dois ABSOLUMENT t’assoir du côté passager (allée de droite lorsque assis à l’intérieur) au 2ème étage ouvert de l’autobus pour pouvoir voir et prendre des photos en plongée du barrage et du paysage, car il ne passe qu’UNE FOIS sur le barrage

Visite intérieur impossible au moins de 14 ans. Du coup sans cette visite, on ne peut pas dire que cela nous a emballé… Surtout après avoir fait Iguazu.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
id, eleifend Aliquam pulvinar nec consectetur at lectus dapibus